Aussi vrai que nature !

Macer floridus - Lilium candidum

Adam Lonitzer - Lilium candidum

Johann Theodor de Bry - Hellebore

Jacques Barrelier - Maianthemum bifolium

Salomon Schinz - Lilium croceum

Peter Simon Pallas - Iris

Nikolaus von Jacquin - Icones plantarum rariorum

Jacques Houton de la Billiardière - Banksia

Jacques Houton de la Billiardière - Eucalyptus

Johannes Gessner - Tabulæ phytographicæ

Christian Gottlieb Geissler in Gessner - classification de Charles Linné

Johann Hedwig - Species muscorum

Nikolaus von Jacquin - Silene

Olaf Swartz - Melastoma tetrandrum

James Sowerby - Anemone ranunculoides

Gerard van Spaendonck - Tulipe des jardins

John Lindley - Ladies’ botany 1834

John Lindley - Ladies’ botany 1834b

E. Panckoucke et J. Turpin in F.-P Chaumeton J. L. Poiret J. B. Chamberet - Oranger

Jakob Sturm - Adenostyle

Jakob Sturm - Ribes alpinum

Charles-Louis Depierre - Passiflora

Oswald de Kerchove de Denterghem - Cypripedium dauthieri marmoratum

Pierrette Bauer-Bovet in Gaëtan du Chatenet.- Paulownia

Pierrette Bauer-Bovet in Gaëtan du Chatenet.- Liridendron

Paul-André Robert - Senecio et Achillea

Jacobus Landwehr - Ophrys anatolica

Jacobus Landwehr - Cypripedium calceolus

Jacobus Landwehr - Veratrum album

Léonie Krekel - Himantoglossum

Mary Grierson - Ranunculus weberbaueri

Mary Grierson - Amberstia

Martine Guex- Erythronium dens-canis

L'illustration botanique au fil des siècles

De la Renaissance –début de la représentation réaliste des plantes– jusqu'à nos jours, le rôle de l'illustration a été essentiel dans l'histoire de la botanique. L'exposition propose de montrer comment, au cours des siècles, l'évolution du dessin et les techniques de reproduction ont forgé puis nourri l'étude des végétaux

En effet, le rôle de l'illustration fut essentiel lors de la genèse de la botanique et de certaines de ses disciplines. Ainsi, au XVIe siècle, le «dessin sur le vivant» stimule la renaissance de l'étude des plantes pour elles-mêmes et non plus pour leurs propriétés médicinales. La botanique en tant que science de l'observation est née.

Plus tard, au XVIIe siècle, l'avancée des techniques de reproduction (gravure sur métal) et les progrès des techniques d'observation (microscopie) a permis l'émergence de la morphologie et de l'anatomie végétale par l'étude attentive des organes et leur représentation précise.

Dès le XVIIIe siècle, le «dessin d'après nature» a aussi fait progresser la systématique et la floristique, deux disciplines qui ont largement bénéficié des apports de nouvelles techniques de gravures et de l'engouement pour la «peinture des fleurs».

Issus des collections du musée et de la bibliothèque, les herbiers peints, les gravures et  les livres anciens accompagnent et colorent le discours. Ils permettent au visiteur de suivre l'évolution de la représentation du végétal au fil du temps et d'admirer la virtuosité des artistes botanistes.