Le jardin des pharaons

Le jardin de Nebamon (Wikimedia Commons)

Les végétaux avaient une grande importance dans l'Egypte du Nouvel Empire (vers 1539 à 1077 av. J.-C. ; XVIIIe à XXe dynasties), âge d'or de la civilisation égyptienne : l'agriculture, rythmée par les crues du Nil, a permis la subsistance au milieu du désert d'une société déjà complexe. Symboles de pouvoir, beaucoup de végétaux étaient exhibés dans des jardins d'agrément ou sur des couronnes et des guirlandes portés par les vivants comme par les défunts.

L'exposition présente des plantes vivantes cultivées à l'époque des pharaons au Jardin botanique et, au Musée, les très rares guirlandes de fleurs trouvées dans les tombes ainsi que des objets égyptiens. Elle décrit le travail des archéobotanistes qui ont épaulé les égyptologues et décodent encore aujourd'hui les restes des végétaux du passé. Finalement, elle compare les civilisations égyptienne et européenne dans leurs contextes culturel et climatique. Cette exposition sur une civilisation tributaire des aléas du climat et du Nil, nous renvoie au monde occidental actuel dans une perspective de changements climatiques rapides.